AVERTISSEMENT : Le contenu de ce message est de nature à choquer un public non averti. Merci de votre discernement.


Soyez ÉCOLO, investissez dans le nucléaire, gagnez vraiment de l’argent

« Le nucléaire est un amortisseur de la décroissance... Les gens qui sont contre le nucléaire accroissent les risques que court la planète. »  

Jean-Marc Jancovici, membre du haut conseil pour le Climat  

Mon cher lecteur,  

Je m’appelle Guy de La Fortelle.  

Je rédige le service d'information L’investisseur sans costume ainsi que la lettre confidentielle Risque & Profit  

Je vais vous parler aujourd’hui d’un investissement potentiellement TRÈS lucratif et encore plus UTILE et RESPONSABLE.  

C’est une sorte de Graal de l’investissement qui ne se présente pas tous les jours.  

MAIS.  

Il y a un MAIS.  

Ce que je vais vous révéler est polémique, du grec polemos « agiter, secouer ».  

Vous avez vu l’avertissement au début de ce message. Ce qui suit N’est PAS pour tout le monde, il n’est pas à mettre entre toutes les mains.  

Je vais vous expliquer pourquoi le nucléaire est, à mon avis (ainsi que celui de l'Agence Internationale de l'Énergie), une source d’énergie indispensable à moyen terme, responsable et écologique et comment investir dans le nucléaire avec un potentiel de gain exceptionnel.

Je sais que cette affirmation peut vous choquer. Je comprends que vous ne soyez pas d’accord. Arrêtez votre lecture maintenant si elle vous déplaît. Simplement, avant de jeter le bébé avec l'eau du bain, sachez que ce qui suit est mûrement réfléchi, précautionneusement analysé et systématiquement vérifié.


L'actif au potentiel de gain vertigineux

Je vais vous montrer dans cette lettre comment une augmentation, même modeste, des centrales nucléaires dans le monde est sur le point d'enlencher un gigantesque marché haussier sur un actif bien précis.

Comme vous allez voir ci-dessous, la situation actuelle est comparable à celle du début des années 2 000.

À cette époque, les sociétés positionnées sur cet actif bien précis ont réalisé des gains difficilement imaginables pour quiconque n'est pas expert de ce domaine :

Recommandation 1

actif n°1 : + 3 800 % 

Boom reco 2

 actif n°2 :+ 350%

Boom reco 3

actif n°3 :+ 6 000% !

Imaginez une hausse verticale, comparable à celle du Bitcoin et des cryptomonnaies... MAIS QUI DURE. C'est de cela dont je vais vous parler aujourd'hui.


Ne laissez pas la transition écologique au écolos !

La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires, disait Clémenceau, artisan de la victoire de 1918.

Et moi je vous dit que l'écologie, il ne faut pas la laisser aux écologistes.

Il faut relire Jean-Vincent PLacé qui pleurnichait en 2008 dans les pages du Monde : 

JV Place
coupure Place eolien

10 ans plus tard, C'est EXACTEMENT l'inverse qui s'est passé.

L'État a investi 144 milliards d'euros dans les énergies solaires et éolienne pour respectivement atteindre 2 et 4% de la production d'électricité... Cela correspond au double du budget pour moderniser les centrales nucléaires qui produisent plus de 70% de notre électricité !

Bien sûr cela n'empêche pas les écologistes de vouloir encore plus, beaucoup plus, de "fiscalité verte" pour financer la "transition écologique".

Bien sûr, ils oubient soigneusement de vous dire que toutes leurs éoliennes et tous leurs panneaux solaires ne vont pas économiser un gramme de CO2 puisqu'ils remplacent du nucléaire... Déjà décarbonné !

Bien sûr, ils oublient de vous dire que les 580 milliards d'euros investis par Allemands dans les énergies renouvelable ont conduit à :

  • Auune réduction des émissions de CO2 car ces énergies intermitentes ont dû être couplées à des centrales à ... charbon et au gaz ;
  •  Une augmentation de 50% de la facture d'électricité
  • Une électricité qui émet 2X plus de CO2 qu'en France et
  • Une électricité 2X fois plus chère qu'en France : les Allemands ont payé deux fois la faute de leurs politiciens : sur leur feuille d'impôt ET sur leur facture d'électricité ! 


Aujourd'hui il est devenu urgent d'arrêter de payer pour du vent et d'investir RÉELLEMENT dans la transition écologique en gagnant de l'argent !

Voici comment :


Si vous étiez chinois, que feriez-vous ? 

La Chine est de loin le plus grand promoteur de l’énergie nucléaire.  

Le nucléaire sert à produire de l’électricité.  

Et savez-vous comment on produit de l’électricité en Chine en 2020 ?  

Avec ça :


Regardez bien ces immenses nuages de fumée qui sortent de cette centrale et des 181 autres unités chinoises qui fonctionnent au charbon.

C-H-A-R-B-O-N.  

Ce n’est pas de la simple vapeur d’eau qui sort de ces cheminées mais une fumée ultra polluante : il y a dans ce nuage, en plus d’une forte teneur en CO2, du benzène, des goudrons, des dioxines, des oxydes de soufre et d’azote, des suies et particules fines, du cadmium, de l’arsenic, du mercure…  

Aujourd’hui les 2/3 de l’électricité chinoise sont produits à partir du charbon et c’est la plus grosse catastrophe écologique en cours.  

Peu de gens se rendent compte que le charbon est la 2e source d’énergie la plus utilisée au monde, juste après le pétrole et loin devant le gaz naturel.  

mix energetique mondial



En 2019, le charbon (en noir ci-contre) représente encore 30 % de la consommation d’énergie mondiale !

 


40 % de ce charbon est consommé rien que par la Chine, essentiellement pour produire son électricité.

En 4e place nous trouvons... L'Allemagne ! Et en 9e la Pologne : l'Europe n'a de leçons à donner à personne.  

consommation de charbon par pays

CHARBON : vous voulez 750 000 morts sur les bras ? 

Selon un rapport de 2007 de la Banque mondiale en collaboration avec le gouvernement chinois, la pollution de l’air, dont le charbon est la première cause, est directement responsable de 750 000 décès chaque année, rien qu’en Chine. Ce n’est pas une erreur de frappe, il s’agit bien de sept cent cinquante mille morts par an, uniquement en Chine.  

Il s’agit d’un rapport déjà vieux de 10 ans sous le contrôle du gouvernement chinois

Entre-temps, la consommation de charbon a augmenté de 30 à 40 %.  

Depuis que vous avez commencé votre lecture, 7 personnes sont mortes à cause du charbon en Chine. Sans doute plus encore.  

Et je ne parle pas des séquelles sur tous les autres habitants, de la dévastation de la faune et de la flore, sur l’acidification de l’air, des rivières et des océans… Je ne parle pas de réchauffement climatique.  

Des chercheurs du MIT ont montré que le mercure rejeté par les centrales à charbon est capté par les rizières et se retrouve dans l’assiette des Chinois. Le mercure a notamment pour effet de faire baisser le QI. La pollution au charbon rend littéralement les chinois imbéciles.  

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi Pékin a banni les nouvelles centrales au charbon en 2016.  

La consommation de charbon mondial commençait ENFIN à décliner. Et voilà qu’en 2018, le journal britannique The Guardian, s’appuyant notamment sur des photos satellites, a montré que la Chine recommençait à installer de nouvelles centrales au charbon d’une puissance de 259 GW… Soit le double des capacités de production d’électricité en France !

nouvelle centrale à charbon en Chine

Alors que Pékin a officiellement banni les nouvelles centrales au charbon, les images satellites montrent la construction en cours de nouvelles centrales au charbon.  

L’Europe ne montre pas l’exemple 

Il faut avoir la mémoire bien courte pour jeter la pierre aux Chinois.  

En 1952, ce n’est pas si vieux, le grand smog de Londres avait fait 12 000 victimes en 4 jours et rendu 100 000 personnes malades à cause du chauffage au charbon des Londoniens.  

Colonne nelson pendant le smog 1952

Colonne Nelson pendant le grand smog de 1952

60 ans plus tard, 30 % de l’énergie britannique est encore produite à partir du charbon, 22 % de l’énergie allemande, 12 % en Espagne, 15,5 % en Italie…  

En France, nous oublions notre chance de n’avoir que 3 % de notre énergie au charbon. Et c’est uniquement parce que 70 % de notre électricité est produite à partir du nucléaire.  

Il n’y a pas à choisir

Il n’y a pas à choisir entre renouvelable et nucléaire, croissance ou décroissance.  

Les énergies fossiles, pétrole, gaz et charbon, représentent 80 % de notre consommation d’énergie.  

Ce chiffre va OBLIGATOIREMENT baisser. Pas tellement par conscience écologique mais pour une raison très simple : l’accès aux énergies fossiles devient de plus en plus difficile et cher.  

Nous allons trouver, de gré ou de force, tous les moyens possibles de consommer moins d’énergie et mieux.  

Nous allons apprendre à devenir sobres en énergie, par nécessité sinon par choix.  

Nous allons être contraints de développer TOUTES les sources d’énergie alternatives.  

Et dans ce cadre, comme le dit Jean-Marc Jancovici, militant écologiste et membre du haut conseil pour le Climat (auprès de Premier ministre) : le nucléaire est un amortisseur de la décroissance.  

L’énergie que nous consommons aujourd’hui sert à nous déplacer, nous chauffer, nous équiper, nous nourrir. Un effondrement énergétique rapide, sans adaptation, serait une catastrophe pour des milliards d’êtres humains, apporterait guerres et famines.  

Oui, nous allons investir massivement dans les énergies renouvelables, et cela les États le font déjà avec l’efficacité et les dérives que l’on connaît. Mais le solaire ne marche pas la nuit, l’éolien ne fonctionne pas sans vent et le temps est loin où nous saurons stocker l’énergie et la réintroduire à la demande sur les réseaux électriques.  

C’est bien pour l’électricité que tous les autres pays d’Europe consomment du charbon, afin de remédier aux aléas des renouvelables.  

Il faut une mauvaise foi extraordinaire pour se vanter comme les Allemands de développer les énergies renouvelables quand elles sont associées au charbon !  

Une part raisonnée de nucléaire fait baisser à la fois les risques et la pollution

Mon but n’est pas de minimiser les risques du nucléaire mais de les replacer dans leur contexte.  

Vous prenez votre voiture même si vous savez que la conduite présente des risques. Vous ne militez sans doute pas pour l’interdiction du tabac ou de l’alcool. La voiture fait pourtant près d’un million de morts chaque année dans le monde, l’alcool fait 3 millions de morts et le tabac 7 millions.  

Bien évidemment, le nucléaire présente des risques importants. La tragédie de Fukushima est là pour nous le rappeler. Mais personne n’est mort à Fukushima. 160 personnes ont été opérées suite aux radiations mais dans le même temps 1 000 personnes sont mortes dans les accidents des mines de charbon chinoises et 6 millions (750 000 décès par an depuis 8 ans) à cause de la pollution au charbon… Il n’y a pas de comparaison possible.  

Le ministre de l’écologie François de Rugy déclarait d’ailleurs en janvier en même temps qu’il annonçait la fermeture de 4 à 6 centrales d’ici 2028 : « Il ne s’agit pas, je tiens à le dire très clairement, d’une stratégie de sortie du nucléaire […] Il s’agit d’un rééquilibrage dans lequel le nucléaire a sa place […] Nous considérons que, dans la production d’électricité en France, et sans doute en Europe et dans le monde, le nucléaire peut jouer un rôle puisqu’il présente une production totalement décarbonée ».  

Le nucléaire a sa place dans le mix énergétique mondial pour réduire les risques pour l’homme et notre empreinte environnementale.  

Les centrales ne vont pas pousser comme des champignons

En 2018, il y a 415 centrales nucléaires actives dans le monde.  

C’est 10 de plus qu’en 2017 et 23 de moins que lors du pic de 2002.  

Je ne suis pas en train de prévoir une multiplication des centrales dans le monde.  

Les Chinois qui prévoyaient d’ouvrir une centrale nucléaire par mois ont réduit la voilure afin de respecter des critères de sécurité drastiques et c’est une bonne chose.  

L’accident de Fukushima en 2011 a mis un coup d’arrêt total à la filière qui n’a repris qu’avec d’immenses précautions.  

Coup de ciseau sur l’uranium

La production d’électricité nucléaire reprend par étapes depuis l’accident de Fukushima. 

Évolution de la production d'électricité nucléaire

Nous n’avons pas encore atteint les « pics » de production de 2006 et 2010. Les prix de l’uranium étaient respectivement 6 fois et 3 fois plus élevés qu’aujourd’hui :

Cours de l'uranium

L’uranium aujourd’hui cela ne vaut plus rien pour 2 raisons :  

  • Il fallait écouler les stocks accumulés lors du trou de consommation créé par Fukushima ;  
  • Un an avant Fukushima, en 2010, la Russie et les États-Unis avaient signé un contrat de désarmement afin de convertir leur plutonium militaire en carburant pour le nucléaire civil. Mais la Russie s’est récemment retirée de l’accord et le président Trump s’est positionné en faveur du nucléaire.  


Avec une chute presque instantanée de la consommation ET au même moment, une augmentation importante et conjoncturelle de l’offre, l’uranium a subi un énorme coup de ciseaux.  

Ces deux facteurs conjugués on fait tomber le prix de l’uranium en dessous de son coût de production.  

À l’heure où j’écris des lignes, le cours de l’uranium est à 26 dollars par livre entre 2 et 3 fois moins que son coût de production selon les mines.  

Cela signifie que les cours de l’uranium vont devoir structurellement augmenter de 100 à 200 %, rien que pour revenir à l’équilibre !  

C’est ça, le charbon, où on éteint la lumière.

Les mines arrêtent de fonctionner

Bien sûr, les producteurs d’uranium ne peuvent pas fonctionner à perte très longtemps. Face à cette situation, les mines d’uranium les moins efficaces ont cessé de fonctionner afin de limiter les pertes et écouler les stocks.  

En janvier 2018, 7,5 % de la production mondiale d’uranium a été coupée et cela a été efficace.  

Ces fermetures viennent essentiellement du Kazakhstan qui est le 1er producteur d’uranium au monde avec près de 40 % de la production mondiale.  

Mais il y a également Orano, ex-Areva, qui dans sa triste débâcle avait également fortement réduit sa production d’uranium.  

Aujourd’hui, le prix du minerai jaune repart à la hausse.  

Mais il y a un problème…  

On n’extrait pas l’uranium à la petite cuillère

Même si l’uranium à l’état naturel est faiblement radioactif, l’extraction se fait avec d’infinies précautions et de lourdes réglementations.  

La mise en service ou l’arrêt de la production d’une mine prennent plusieurs années et c’est normal : vous manipulez un produit radioactif !  

Le problème est que vous ne pouvez pas facilement moduler votre extraction selon la demande.  

Or nous allons arriver à un moment où la tendance s’inverse : la production baisse et la demande augmente. 

La dernière fois la hausse fut VERTICALE

La dernière fois que des mines d'uranium ont fermé à cette échelle, nous étions au début des années 2000 et ce fut le coup d'envoi d'un long marché haussier.

L'uranium est passé de 8$ l'once à plus de 140 en quelques années, permettant aux investisseurs avisés de multiplier leur investissement par 17, de quoi transformer 3 000€ en plus de 50 000 ! 


Le signal du prochain boom de l’uranium

Les cours de l’uranium repartent à la hausse depuis 2017, en augmentation de plus de 60 % depuis le point bas.  

Mais il y a plus important : le prix de l’uranium s’apprête à remonter au-dessus de sa tendance de long terme (la courbe bleue est en train de repasser au-dessus de la courbe grise dans la courbe ci-dessous). 

Cours de l'uranium

C’est un signal rare que les analystes guettent car il indique un renversement de tendance structurel et précède les grands marchés haussiers.  

C’est LE moment de nous positionner sur l’uranium.

Un investissement anti-crise

Comme vous pouvez voir sur le graphique ci-dessus, la crise de 2008 a mis un coup d’arrêt à la spéculation sur l’uranium.  

Mais la situation actuelle est très différente : l’uranium N’est PAS en situation du bulle comme en 2007, il est au contraire sous-valorisé, ce qui est exceptionnel et précieux au moment où l’immense majorité des marchés financiers sont en situation de bulle.  

Et même si la demande énergétique baisse lors de la prochaine crise, le nucléaire qui représente 4 % de l’énergie mondiale a des marges de progression importantes, comme seule alternative viable au charbon pour la production d’électricité

Un investissement de long terme

Les capacités mondiales de production d’uranium sont structurellement en dessous des besoins, sans compter les nouvelles ouvertures de centrales !  

Les stocks militaires ainsi que ceux accumulés par le « trou » de consommation après Fukushima ont masqué ce déficit qui réapparaît aujourd’hui.  

Les prévisions pour les 10 prochaines années montrent le déficit structurel de la production d’uranium par rapport aux besoins :  

offre et demande pour l'uranium

Dans le graphique ci-dessus, vous voyez la demande en rouge et l'offre en bleu qui n'arrive pas à couvrir la demande.

Cela va créer des tensions sur le prix de l’uranium à long terme.  

Nous sommes donc à un moment de retournement de conjoncture ET de hausse structurelle pour l’uranium.  

La Chine a réaffirmé son ambition dans le nucléaire

La Chine n’est que le 4e consommateur d’uranium dans le monde derrière les États-Unis, la France et la Russie mais l’Empire du Milieu concentre l’essentiel des projets de nouvelles centrales.  

L’évolution des besoins en uranium dépend donc essentiellement de la Chine.  

Moins de 4 % de l’électricité chinoise provient du nucléaire. Les Chinois ont pour projet de doubler cette capacité et ils ont pris du retard.  

À la suite de Fukushima, la Chine a fortement ralenti la cadence. 8 ans plus tard, la Chine a développé l'environnement sécuritaire le plus abouti au monde, participant à toutes les initiatives internationales en faveur de la sécurité et chose rare, en étant transparents et participatifs.

Puis, au dernier congrés du Parti communiste chinois, le Parti a officiellement réaffirmé ses objectifs de développement dans le nucléaire civil et un officiel du parti a chiffré les objectifs a 8 centrales par an jusqu'en 2030, soit plus du double des centrales mises en chantier. Depuis, 4 autres centrales ont été lancées confirmant les déclarations du congrés. 

En doublant ses capacités, la Chine ne passerait que de 4 à 8 % d’électricité d’origine nucléaire mais cela représente un signal important pour le marché de l’uranium qui est déjà en reprise.

De plus la Chine développe en ce moment de nouveaux usages civils pour le nucléaire, notamment.

Recommandation n° 1 : la Rolls des minières uranifères

Les mines d’uranium sont le moyen le plus évident de vous positionner sur le marché de l’uranium (mais pas le seul comme vous allez voir).  

Lors de la dernière bulle au début des années 2000, les marges de ces entreprises avaient explosé générant des profits vertigineux pour leurs actionnaires.  

À cette époque, même les entreprises les moins performantes du secteur délivraient des retours sur investissement de l’ordre de 20 contre 1.  

J’ai sélectionné pour vous la meilleure société uranifère toutes catégories.  

Elle est située au Canada, sans risque géopolitique.  

Elle fait partie des producteurs d’uranium les plus importants de la planète et contrôle deux des plus grandes mines à haute teneur en uranium (100 fois la moyenne mondiale).  

Ses mines sont les moins coûteuses à exploiter et elle a développé une technique d’extraction non invasive qui permet de limiter au maximum son impact sur l’environnement ainsi que les risques associés.

Cela signifie qu’elle peut produire de l’uranium moins cher que ses concurrents, un peu comme l’Arabie Saoudite pour le pétrole.  

Sa taille associée à son faible coût d’extraction permet de limiter le risque au maximum et c’est exactement le genre d’opportunité que je recherche avec un rapport risque/rendement nettement en notre faveur.  

Lors de la dernière hausse, les actions de cette société s’échangeaient pour la modique somme d’1,35 $, avant d’atteindre les 52 dollars en 2007… C’est-à-dire que vous auriez transformé 3 000 € en 114 000 € !

Recommandation 1

Je ne peux bien évidemment pas vous garantir de tels retours mais comme je vous l’ai déjà dit :  

  • Les cours de l’uranium sont aujourd’hui 2 à 3 fois moins chers que les coûts de production ;
  • La demande reprend et la Chine accélère à nouveau pour atténuer le poison du charbon ;
  • Les stocks s’épuisent et l’offre baisse avec la fermeture des mines les moins productives ;  


C’est exactement la situation dans laquelle se trouvait le secteur de l’uranium au début des années 2000. 

Nouveau boom reco 1

Recommandation n° 2 : la plus sûre

Il existe une autre manière, peu connue, d’investir dans les matières premières : il suffit d’acheter des stocks.  

Je ne suis pas en train de vous suggérer de stocker de l’uranium dans votre garage… Des entreprises spécialisées le font très bien pour vous. Il s’agit de fiducies qui investissent dans de l’uranium physique.  

Contrairement aux entreprises minières, les fiducies ne sont pas confrontées à des risques géopolitiques ou d’exploitation.  

Elles achètent puis stockent la marchandise en lieu sûr, de sorte qu’un changement de réglementation, une catastrophe environnementale ou naturelle ou un conflit local ne les affectent pas directement.  

Pas besoin d’investir dans des installations minières extrêmement onéreuses et risquées. Pas de risque géopolitique, pas de nouvelle réglementation contraignante ou de mauvaise nouvelle sur le filon que vous exploitez.  

Je précise que l’uranium ainsi stocké est faiblement radioactif et se manipule à la main.  

On ne fait pas plus simple, vous avez une opportunité et un risque : si les cours de l’uranium montent, le cours de la fiducie monte, et inversement.  

La fiducie que j’ai sélectionnée pour vous est canadienne. Elle a été créée en 2005 et investit 85 % de ses ressources dans l’uranium.  

La bonne gestion de la société lui a permis d’acheter des stocks au moment où l’uranium était au plus bas.  

Elle ne conclut pas de contrats de change ni de produits dérivés, lesquels sont considérés comme hautement spéculatifs et beaucoup plus risqués.  

Elle achète, elle stocke, elle revend.  

En prévision des hausses du prix de l’uranium, cette société a blindé ses stocks pour pouvoir revendre le minerai à prix d’or.  

C’est donc le moment idéal pour vous positionner.

Boom reco 2

Cette fiducie réalisa un gain en bourse de 350% en moins de 2 ans entre 2005 et 2007.

Nouveau boom reco 2

Recommandation n° 3 : le plus gros potentiel de gain et un atout maître

La 3e société que j’ai sélectionnée a le potentiel de gain le plus élevé. Elle a rapporté jusqu’à 60 fois sa mise lors du dernier boom. C’est-à-dire que si vous aviez investi ne serait-ce que 3 000 € dans cette société, vous auriez pu en retirer 180 000 € en à peine un an ! 

Boom reco 3

C’est une minière parmi des principaux acteurs de l’uranium aux États-Unis. Elle est à nouveau positionnée pour des gains extraordinaires :

Nouveau boom reco 3

Mais ce n’est pas tout. Cette minière a également la particularité de détenir la seule usine de retraitement de déchets nucléaires aux États-Unis. C’est un avantage comparatif important, car en plus d’être une autre source de revenus avec des clients captifs, elle est positionnée pour le développement d’un nucléaire propre et maîtrisé sur toute la chaîne.

Un dossier de recherche indispensable

Dossier Uranium

J’ai réuni ces 3 opportunités dans un dossier indispensable de 45 pages.  

Pour chacune des 3 sociétés que j’ai sélectionnées, vous découvrez une analyse en profondeur qui inclut :  

  • Comment est dirigée la société et par qui ;
  • Comment est réparti le capital et sous quelles formes d’actions ;
  • L’environnement géopolitique ;
  • Le financement de la société ;
  • Son potentiel ;
  • Une analyse de son prix sur la durée et bien sûr,
  • Une recommandation précise d’achat.  


C’est une mine d’or pour tout investisseur, débutant ou confirmé qui cherche à se positionner sur ce secteur.  

Mais ce n’est pas tout vous apprendrez également les ressorts du marché méconnu de l’uranium, son histoire, ses acteurs, ses enjeux.  

Vous découvrirez :  

  • Pourquoi nous sommes au début d’un grand mouvement haussier sur l’uranium ; Comment marche le cycle de l’uranium ;
  • La géopolitique de l’uranium ;
  • Le rôle de la Chine ;
  • Comment le marché a réagi après la catastrophe de Fukushima ;
  • Qui sont les principaux producteurs d’uranium dans le monde ;
  • Pourquoi l’uranium est indispensable au mix énergétique mondial ;
  • L’état des réserves d’uranium (et pourquoi ce n’est pas si simple) ;  


Ce dossier est une lecture passionnante qui vous permet de comprendre les véritables enjeux de l’énergie au niveau mondial et de bien évaluer les risques et les opportunités. Il vous fait sortir de la propagande et des préjugés sur ce secteur indispensable à nos sociétés.  

À ma connaissance, il n’existe aucune analyse aussi complète et accessible en langue française.


+ Votre guide pratique

guide pratique IB

Afin de vous accompagner pas à pas dans cette stratégie, le dossier de recherche sur le nouveau boom de l’uranium est accompagné d’un guide pratique pour réaliser les transactions simplement et en toute sécurité.  

Le guide est accompagné de nombreuses captures d’écrans commentées, vous serez guidé pas à pas pour ouvrir un compte de courtage en ligne (si vous n’en avez pas déjà un), pour passer les ordres et les suivre.


Une occasion qui se présente une fois par génération

Comme je vous l’ai dit, l’uranium est l’un des TRÈS rares actifs à ne pas être en situation de bulle actuellement.  

L’uranium est au début d’un cycle haussier comme il s’en présente une fois tous les 15 ans si ce n’est plus.  

Vous avez une occasion unique d’investir dans un secteur essentiel à la transition énergétique avec un énorme potentiel de gain comme vous l’avez vu.


6 mois de travail patient et pointilleux

Nous avons commencé à travailler sur ce dossier il y a plus de 6 mois. Nous avons patiemment recueilli toutes les pièces du puzzle et les avons assemblées.  

Nous avons recueilli les avis des plus grands analystes comme Rick Rule ou Doug Casey.  

Nous avons passé en revue les entreprises du secteur afin de sélectionner les toutes meilleures pour vous.  

Je suis fier de vous présenter ce travail absolument unique en France, à contre-courant de la communication gouvernementale (mais pas de leurs décisions).  

Normalement un travail de cette qualité est réservé aux investisseurs les plus fortunés et vendu à prix d’or.  

Aucune banque ne vous proposera une stratégie pareille à moins d’avoir un portefeuille de plusieurs millions d’euros (et encore). Je suis bien placé pour le savoir, je viens d’une famille de financiers et j’ai vu le métier de la gestion de patrimoine se transformer et se standardiser depuis 20 ans. On vous fait maintenant choisir parmi une sélection de fonds comme les parfums d’un glacier.

 

Ouvrons grand les portes de l’information, la vraie

Nous avons tendance à oublier le rôle essentiel d’Internet : l’accès à l’information.  

Il ne s’agit pas de plonger dans le débat stérile des fake news mais de nous rappeler tout ce que nous a apporté Internet.  

Prenons un exemple qui est raconté par Steven Levitt et Stephen Dubner dans leur livre Freakonomics :  

À la fin des années 1990, les prix des assurances décès aux États-Unis se sont subitement effondrés sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ce n’était d’ailleurs pas le cas des autres types assurances.  

Je précise que les assurances décès sont un peu comme de la lessive, elles se ressemblent toutes et font toutes la même chose. La différence essentielle entre deux assurances était généralement leur prime.  

Mais en 1996 est apparu un site d’un nouveau genre, quotesmith.com, qui permettait de comparer les assurances décès entre elles en quelques clics.  

Le résultat fut foudroyant et les Américains économisèrent plus d’un milliard de dollars de primes en quelques mois à peine.  

C’était il y a plus de 20 ans et depuis les comparateurs sont devenus la norme.  

Ma mission aujourd’hui est de vous ouvrir en grand les portes de l’information et de l’analyse pour vos investissements et de vous faire accéder aux recherches les plus en pointe tout en économisant des milliers d’euros de frais.


Vous ne devriez même pas y avoir accès

Aujourd’hui je vous propose d’accéder à mon dossier de recherche sur l’uranium pour une contribution défiant toute concurrence.  

Non seulement de telles opportunités sont généralement facturées plusieurs milliers d’euros mais elles sont en plus réservées à une toute petite élite.  

Aujourd’hui vous pouvez accéder à ce même niveau de recherche pour seulement 179 €  

Et ce n’est pas tout, tous les gains que vous empocherez seront pour vous, il n’y a pas de « prime de surperformance » comme celles que prennent systématiquement les banquiers qui rognent allègrement sur vos rendements (je n’ai jamais vu en revanche de pénalité de sous-performance…).  

 

BONUS : un an d’abonnement OFFERT à Risque & Profit

En plus de votre dossier de recherche et de votre guide pratique vous serez également accompagné durant un an avec un abonnement offert à la revue mensuelle Risque & Profit d’une valeur de 390 €.  

Si vous êtes déjà abonné à Risque & Profit, j’ajouterai une année à votre abonnement en cours.  

À mon avis, Risque & Profit est le complément indispensable qui vous permet de suivre l’ensemble de la situation macroéconomique française, européenne et mondiale mais également de rester au fait des meilleurs investissements anti-crise.  

+ Votre garantie SATISFAIT ou REMBOURSÉ

 Si vous n'êtes pas complètement satisfait pas la qualité de mes recherches et recommandations, vous pouvez annuler votre commande SANS FRAIS pendant 15 jours.

C'est une garantie inhabituelle pour une recherche de cette qualité car même si vous demandez un remboursement vous pourrez conserver tous les fruits de notre travail acharné.

Avec ça vous serez paré pour bénéficier du grand marché haussier de l’uranium.  

En commandant aujourd’hui vous recevrez IMMÉDIATEMENT sur votre boîte de messagerie : 

Dossier Uranium

Votre dossier de recherche sur le nouveau boom de l’uranium et ses 3 recommandations pour gagner vraiment de l’argent ;  

guide pratique IB

Votre dossier pratique pour passer les transactions directement en ligne ;  

 

Un an d’abonnement (12 numéros) à la lettre Risque & Profit OFFERT (valeur 360€)  

 Cliquer sur le bouton ci-dessous pour recevoir immédiatement votre Stratégie URANIUM ainsi que son dossier pratique et un an d'abonnement OFFERT à ma revue d'investissement Risque & Profit au prix de 2150 179€.




En cliquant sur le bouton ci-dessus, vous allez accéder à la fenêtre de commande sécurisée. Votre Stratégie URANIUM sera envoyée dès la confirmation de votre commande à l'adresse email que vous aurez renseignée dans vos coordonnées.

Cette fenêtre est gérée de manière sécurisée par mon prestataire Stripe, leader mondial du paiement en ligne.

À tout de suite,  

Guy de La Fortelle